Benno ou Manko? Touba entretient le mystère

0
181
Bien malin sera celui qui sera capable de dire pour qui Touba va voter pour les prochaines législatives dont la campagne a été ouverte dimanche.

Les autorités religieuses ont, tour à tour, reçu la tête de liste de la coalition Benno Bokk Yakaar et celle de la coalition gagnante Mankoo Wattu senegaal. Boun Abdallah Dione a ouvert sa campagne dans la ville sainte ce dimanche alors que Wade s’y est rendu avant-hier.

Il n’y a pas eu d’incident diplomatique. Le Clergé mouride a su donner à chaque camp le rang qui lui revient dans le respect de la tradition mouride d’accueil, de « berndël » et de confraternité.

Les discours entendus sont de reconnaissance pour le Président Sall pour tout ce qu’il a fait pour Touba, mais aussi «de refus d’ingratitude » envers Me Wade qui a des relations avec le Khalife qui dépassent le cadre politique.

Un langage « diplomatique » qui ne révèle rien sur les penchants de la ville sainte habituée à accueillir tous les hommes politiques et à prier pour eux. La preuve, après Wade et Dionne, d’autres leaders seront aussi à Touba, même s’ils n’ont pas forcément la même audience que les premiers cités.

Pas de « Ndiguël »

La réalité est qu’il n’y a pas de « Ndiguël » venant des autorités religieuses de Touba et il n’y en aura pas. Ni d’une façon formelle, ni d’une façon indirecte. Pour ce que nous en savons, il y a le Touba du Khalifa dont le charismatique porte-parole Serigne Bass Abdou Khadr est le maître-d’œuvre et le Touba des autres familles religieuses et des talibés.

Comme il n’y a pas de mot d’ordre d’allégeance à une coalition, chacun est en principe libre. En disant que « Touba est reconnaissante. À Touba, nous ignorons l’ingratitude », Serigne Bass ne parle pas seulement de Wade, mais aussi de Macky Sall qui aurait beaucoup fait pour eux.

C’est pourquoi, en disant cela, il a rappelé le comportement de Wade dans le passé qui a consisté à ne pas solliciter de « Ndiguel ». Une façon bien subtile de la part d’un grand spécialiste de la communication de lui suggérer à ne pas en demander, cette fois-ci.   Une façon aussi de dire qu’il n’y en aura pas.

La voie est libre ainsi pour la classe politique de venir solliciter des voix à Touba et environs, car le pouvoir religieux vient aussi de rappeler à Macky que malgré ses réalisations, Touba reste neutre.

Touba admet être reconnaissant envers l’ancien et le nouveau Président, mais entend assumer ses responsabilités de neutralité.

Toutefois, la peur serait compréhensible dans le camp du pouvoir. Et pour cause !

Wade ne cache pas son appartenance à la confrérie mouride et compte un « Monsieur Touba » rompu à la tâche en la personne de l’ancien Ministre Madické Niang.

Le vote-sanction lors du référendum de Touba où la coalition au pouvoir a perdu, a fait multiplier les initiatives dans la cité religieuse de la part des hommes du pouvoir qui n’ont pas lésiné sur les moyens.

Pour commencer, chacune des coalitions a misé sur un petit-fils de Serigne Touba pour diriger sa liste.

BBY a investi Abdoulahat Mbacké Gaïndé Fatma et Serigne Abdou Mbacké Ndao, tandis que Wade a porté son choix sur Serigne Cheikh Abdou Bara Dolly Mbacké et Serigne Cheikh Mbacké Bara, membre de Bokk Guis Guis de Pape Diop.

D’autres coalitions comme Joyanti ont fait de même à l’exception de Fada qui est pourtant très proche de la famille.

Wade compte sur de solides réseaux à Touba qui lui restent fidèles et ne cachent pas leur aversion envers le pouvoir.

Du côté de Macky, les initiatives ont été multipliées. L’autoroute Ila Touba sera ainsi le cheval de bataille de leur propagande politique envers des Mourides devenus très politiques.

Ils observent le landerneau politique avec intérêt. L’emprisonnement de Khalifa Sall et de Karim Wade leur a rappelé de mauvais souvenirs relativement, notamment aux ennuis judiciaires de certains dignitaires mourides comme Serigne Assane Mbacké, Khadim Bousso, Cheikh Béthio Thioune, etc.

Reste à savoir si les promesses de Macky ont été suffisamment honorées pour concurrencer Wade dans le cœur des Mourides qui, en l’absence de « Ndiguël » directs ou indirects, sont un tout petit peu désappointés.

Assane Samb/Rewmi quotidien

LAISSEZ UNE RÉPONSE

Veuillez entrer votre commentaire!
Entrez votre nom ici